Header Ad

Categories

  • Aucune catégorie

Vous aimez le ski, vous allez adorer « I Love Ski »

Avec une audience qui a doublé en un an, et des valeurs qui font la fierté de sa petite équipe de rédaction très internationale, I Love Ski est un média d’information spécialisé dans la montagne et les sports d’hiver.

Rencontre avec Virginie Viau, co-fondatrice de I Love Ski, originaire d’un petit village de montagne des Hautes Pyrénées et (comme moi !) passionnée par la montagne et le ski.

TopSkiNews : Bonjour Virginie. Pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas, pourriez-vous vous présenter ?

Je suis originaire de Bulan, un petit village de montagne des Hautes-Pyrénées situé entre St Lary et La Mongie. J’ai rapidement orienté mes études dans le tourisme de montagne en suivant deux Masters : l’un à Chambéry (Bourget du Lac) sur l’équipement et l’aménagement des pays de montagne et l’autre sur la gestion de projets « sports de glisse » à Bidart (Pays Basque).

J’ai ensuite travaillé près de 10 ans pour la station de Peyragudes où j’ai occupé plusieurs fonctions jusqu’à celle de directrice commerciale, marketing et communication de la Maison Peyragudes. J’ai également travaillé au profit des stations de Gourette et de la Pierre St Martin.

En 2008, j’ai créé Olé Company, une agence de marketing et communication franco-espagnole basée à Madrid. Sa mission est d’aider les entreprises françaises à se développer en Espagne, et inversement.

Enfin depuis 2013, je suis avec Rafael Díaz Muñoz la co-fondatrice de « I Love Ski » qui trouve ses origines des deux côtés de la chaîne des Pyrénées avec un camp de base en France dans les Hautes-Pyrénées et un en Espagne à Madrid.

Originaire d’un petit village de montagne des Hautes Pyrénées, Virginie Viau est passionnée par la montagne et le ski.

TopSkiNews : Pouvez-vous nous présenter I Love Ski ?

I Love Ski est un média d’information spécialisé dans la montagne et les sports d’hiver, à destination du grand public. Notre objectif est de contribuer à la démocratisation du ski, en faisant découvrir de façon simple les joies de la glisse.

Vous trouverez dans I Love Ski des informations générales sur les destinations, avec plus de 450 stations référencées dans près de 20 pays. Nous diffusons également l’actualité des domaines skiables.

Notre lectorat étant très féminin, nous proposons des rubriques spécifiques sur la famille, la mode, la décoration, la beauté, etc. Nous donnons également des conseils pratiques sur l’organisation d’un séjour au ski, le matériel, comment partir en montagne avec des enfants, etc.

I Love Ski est publié en langue française (www.iloveski.fr), espagnole (www.iloveski.es) et anglaise (www.iloveski.co.uk). Nous utilisons bien entendu les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram et LinkedIn) pour relayer nos contenus vers notre public cible.

En matière d’audience, nous sommes passés de 15 000 visites mensuelles l’an passé à 30 000 aujourd’hui grâce à un gros travail de référencement mené en 2020.

Nous avons également développé le concept Face to Face qui consiste à dresser des portraits de personnalités de la montagne qui contribuent (ou ont contribué) à son développement.

TopSkiNews : Comment vous est venue l’idée de créer I Love Ski ?

Au sein de l’agence Olé Company, nous avons l’habitude de travailler avec les médias. Il nous manquait un outil essentiel, à savoir disposer de notre propre média de communication. L’idée était de diffuser certaines informations vers notre audience et de doter ce média d’une vraie dimension internationale.

Nous suivons l’actualité des montagnes de la planète et relayons plusieurs initiatives et bonnes pratiques en français, anglais et espagnol.

Notre première idée était de créer une sorte de Trip Advisor de la neige avec des avis et opinions sur les stations de ski. Puis au fil du temps, nous nous sommes vite rendus compte qu’il était important de pouvoir aider les stations à communiquer sur l’attractivité de leur territoire.

TopSkiNews : Quelles sont les valeurs que vous défendez et en quoi se différentient-elles des autres médias du secteur ?

Nous avons tous envie que le ski se développe. Chez I Love Ski, nous sommes très sensibles au fait que le ski doit contribuer à un développement économique et durable de la montagne.

Nous souhaitons également simplifier l’image que peut avoir le ski, en démocratisant sa pratique et en la rendant accessible à tous.

Aujourd’hui, nos vallées de montagne ne peuvent pas vivre autrement qu’avec un modèle économique basé sur le tourisme, la neige et bien évidemment le ski. Nous nous efforçons donc de promouvoir l’ADN de ces territoires de montagne où il fait bon vivre.

Nous prenons également soin de relayer à travers notre ligne rédactionnelle les actions qui favorisent le respect de l’environnement. Nous avons créé une section sur le développement durable dans laquelle nous mettons en avant des initiatives en terme d’énergies propres, de réduction de l’empreinte carbone, tout en incitant les pratiquants à devenir des skieurs éco-responsables…

Les montagnes n’ont pas de frontières et notre dimension internationale nous aide à aller chercher de l’information ailleurs, que ce soit au Canada, aux Etats-Unis, en Suisse, en Autriche, au Japon…

Enfin, nous sommes de fervents défenseurs des petites stations. Ce sont de véritables Breeders (« stations couveuses de skieurs»), dans lesquelles il est facile de découvrir le ski. Nous avons d’ailleurs développé un concept de « Communication Solidaire by ILoveSki » entre grandes et petites stations en incitant de grandes et moyennes stations à se rapprocher des petites pour les aider à mieux communiquer.

TopSkiNews : Avez-vous des exemples de cette communication solidaire ?

Je peux citer deux exemples qui illustrent cette solidarité inter-stations.

Au niveau européen, la station de Val Cenis, située en Haute-Maurienne, travaille en collaboration avec la petite station de ski italienne de Chiomonte – Frais. Le rapprochement avec cette petite station voisine est une complémentarité évidente qui favorise l’apprentissage du ski, et promeut des montagnes sans frontières. Ces deux stations et ces deux territoires sont étroitement liés par les montagnes, mais aussi par l’histoire. Nous souhaitons, grâce à ce nouveau concept et au développement de la pratique du ski, maintenir et tisser de nouveaux liens.

En France, nous pouvons également citer les domaines skiables du Val d’Allos qui coopèrent avec Gréolières-les-Neiges, une petite station des Alpes du Sud située à une quarantaine de kilomètres de Canne. L’objectif est de promouvoir le ski auprès de la jeune clientèle en provenance du Sud-est de la France, en proposant une offre complète pour les skieurs qui débutent et qui souhaitent évoluer par la suite sur un domaine plus étendu.

TopSkiNews : Comment traversez-vous cette crise sanitaire qui touche plus particulièrement les stations de ski ?

Cette crise sanitaire, nous la vivons pleinement. Nous avons fait le choix de nous positionner comme défenseur de nos stations parce que nous sommes convaincus que ce sont les moteurs de l’économie de nos vallées de montagne.

Aujourd’hui, des protocoles sanitaires très bien pensés ont été préparés par les professionnels de la montagne. Nous sommes tous dans le même bateau et nous devons tous ramer dans la même direction! 

TopSkiNews : Quelle est le dossier reportage dont vous êtes la plus fière ?

Sans hésiter, je pense au dossier que I Love Ski a publié durant l’été 2019 sur la féminisation de la montagne. Nous avons essayé de pointer du doigt le fait que les postes à responsabilité dans les stations étaient très rarement occupés par des femmes.

Nous avons interviewé les quelques femmes qui occupent des postes à responsabilité pour comprendre où étaient les freins. Elles nous ont parlé de ce qu’elles vivent au quotidien, des difficultés qu’elles rencontrent.

Ce dossier est très riche d’enseignements et j’ai beaucoup apprécié ces rencontres pour le regard que ces femmes portent sur leurs responsabilités.

C’est également un dossier qui a beaucoup surpris le secteur de la montagne !

TopSkiNews ; En conclusion Virginie, trois raisons d’adorer I Love Ski ?

Je dirais d’abord parce que nous sommes une équipe de passionnés. Qui dit passion signifie que nous essayons de la transmettre au travers de notre ligne éditoriale.

Ensuite parce que notre marque, symbolisée par un cœur, plait beaucoup dans le cercle des gens passionnés par la montagne et le ski. Nous développons actuellement des produits dérivés de notre marque qui respectent nos valeurs. Nous nous sommes d’ailleurs engagés à replanter un arbre pour chaque article vendu.

Enfin, notre côté international apporte un regard différent sur l’actualité de par la diversité culturelle de notre petite équipe. Quand vous mettez ensemble une américaine, un irlandais, des espagnols et des français, avec des codes et des modes de fonctionnement très différents, cela donne un joli mélange, et un résultat plutôt sympa.

Nous cultivons cet « esprit ouvert » avec beaucoup d’humilité, et je pense que c’est ce qui plait à notre lectorat.

Pour consulter quelques exemples d’articles sur le dossier « féminisation de la montagne »

https://www.iloveski.org/2019/06/26/anne-marty-les-femmes-ne-postulent-pas/

https://www.iloveski.org/2019/06/23/blandine-tridon-je-pense-quil-sagit-pour-partie-dune-auto-censure-qui-nest-pas-consciente-de-la-part-des-femmes/

https://www.iloveski.org/2019/06/28/jean-marc-silva-elles-ne-doivent-pas-rester-des-exceptions-il-faut-accelerer-le-phenomene/

https://www.iloveski.org/2019/07/01/christine-massoure-lorsquun-poste-de-directeur-se-libere-il-ny-a-pas-de-demande-de-la-part-de-femmes/