Header Ad

Categories

  • Aucune catégorie

Un voyage d’étude à Cortina

Les expériences des organisations de Championnats du monde sont toujours très riches et celle des organisateurs de Cortina 2021 sera très utile à Courchevel Méribel 2023.

Rencontre avec Perrine Pelen, Directrice Générale de Courchevel Méribel 2023, qui revient sur le récent voyage d’étude à Cortina d’Ampezzo durant lequel son équipe a collecté toute une série d’enseignements très utiles pour la préparation de 2023.

Copyright photo Agence Zoom

TopSkiNews : Quel était l’objectif du voyage d’étude à Cortina ?

PP : Notre idée était de nous rendre à Cortina pour glaner un maximum d’informations. Les mondiaux de ski alpin ont été organisés dans un contexte très particulier et avec des contraintes liées à la crise sanitaire. Il n’y avait pas de spectateurs et le nombre de journalistes accueillis était divisé par deux par rapport à une édition normale !

On a donc missionné la partie de notre équipe qui est impliquée sur des domaines de l’organisation qui n’étaient pas « dégradés » durant ces mondiaux 2021.

C’était notamment le cas du sport, de la télévision, de l’hébergement et tout ce qui concerne le fonctionnement du réseau de la Fédération Internationale de Ski.

On a aussi profité de notre présence à Cortina pour mettre en place un dispositif de communication pour prendre la parole afin qu’il y ait une prise de conscience sur le fait que dans deux ans, c’est à notre tour d’organiser les mondiaux. Cette communication a été déployée avant et pendant Cortina.

Nous avons également eu un rendez-vous important de négociation marketing avec InFront.

Conférence de presse de Courchevel Méribel 2023 à Cortina ; de gauche à droite, Marie Marchand Arvier, Perrine Pelen et Michel Vion

TopSkiNews : Qui était présent dans ce voyage d’étude au sein de ton comité d’organisation ?

PP : La délégation de Courchevel Méribel 2023 était constituée des pilotes et des personnes impliquées dans les différents comités de notre organisation. Soit un total de 13 personnes.

Nous avons pu également capitaliser sur l’expérience de Bruno Tuaire, Directeur du Club des Sports de Courchevel, qui était membre du jury. Présent pendant toute la durée des mondiaux, Bruno a pu vivre toutes les difficultés dues aux conditions météo, et notamment le report des épreuves en début des Championnats du monde.

Cela a été un cas d’école extrêmement intéressant à vivre au regard de tous les impacts que cela peut apporter sur le programme sportif, les retransmissions TV, l’hébergement, …

Une délégation de Courchevel Méribel 2023 s’est rendue à Cortina d’Ampezzo à l’occasion des mondiaux de ski alpin – Copyright photo CM2023

TopSkiNews : Quels sont les principaux enseignements que tu as ramenés de Cortina 2021 ?

PP : J’ai trouvé que le niveau de services proposé, en particulier aux médias, était très qualitatif pour les conditions de travail, le transport des journalistes, les infrastructures comme par exemple le centre de presse, les prestations notamment la restauration, …

Pour la dimension sport, et même si cela ne dépend pas de nous, on a pu constater qu’il y avait trop d’épreuves. C’est un vrai enjeu pour nous. On a compris que la FIS dont c’est la responsabilité, devra arbitrer notamment entre deux épreuves, le combiné versus le parallèle individuel.

Nous avons identifié un point de vigilance sur les pistes d’entraînement et d’échauffement. Il faudra bien veiller à distinguer et très certainement dédier des pistes aux nations qui ont l’habitude des épreuves de Coupe du monde et d’autres pistes aux nations moins coutumières de cet événement mondial et qui n’ont pas le même niveau d’objectif de performance.

La délégation Courchevel Méribel 2023 en observation sur l’Olympia delle Tofane à Cortina – Copyright photo CM2023

Autre enseignement important : on a vu que l’étape de répétition a vraiment manqué dans l’organisation de Cortina (Les finales prévues en mars 2020 ont été annulées en raison de la crise sanitaire). Il sera très important que nous soyons parfaitement en ordre de marche. Les finales prévues en mars 2022 seront donc une étape clé dans la dimension opérationnelle de notre événement en particulier sur la partie sportive, notamment pour tout ce qui concerne le test de l’Eclipse.  

Au niveau de l’état d’esprit, quand on regarde la période que l’on traverse actuellement et que l’on voit les contraintes et l’adversité qui ont pesé sur Cortina 2021, on a une nécessité d’agilité et d’adaptation. Quand on imaginera nos actions, il ne faudra pas que tout soit gravé dans le marbre ! Il faudra se dire qu’on devra peut-être faire évoluer ce qu’on a prévu au départ.

TopSkiNews : Comment le Comité d’Organisation va-t-il capitaliser sur tous ces enseignements ?

PP : Dans la semaine qui a suivi notre retour de Cortina, nous avons eu un premier feedback à chaud. Jeudi dernier, on a organisé un partage approfondi entre tous ceux qui s’étaient rendus à Cortina. On a ainsi extrait pour chacune des problématiques que nous avons attentivement observées à Cortina, les enseignements à tirer pour Courchevel Méribel 2023.

Une synthèse de tous ces enseignements avec les points clé à retenir sera ensuite présentée dans nos instances de pilotage, le COMEX et le Comité de Surveillance.

Réunion de débriefing le 11 mars suite au voyage d’étude à Cortina – Copyright photo CM2023

TopSkiNews : Où en est la préparation de l’Eclipse ?

PP : Nous venons de faire un repérage sur l’Eclipse. C’est une piste magnifique, très soutenue. plus on descend plus c’est pentu. Sur le plan technique, il faudra avoir le coeur bien accroché et une superbe forme physique !

Après les Finales 2021 à Lenzerheide en Suisse, il y aura une visite d’experts de la Fédération Française de Ski qui sera suivie par la visite de la Fédération Internationale de Ski avec la présence notamment de Hannes Trinkl.

L’Eclipse sera tracée pour ces visites afin de préparer dans les meilleures conditions les finales à Courchevel Méribel qui sont prévues du 16 au 20 mars 2022.

Quelques images du repérage de l’Eclipse – Copyright images Courchevel Tourisme / Montage TopSkiNews

TopSkiNews : La promesse de Courchevel Méribel 2023 est d’être notamment une fête populaire du ski avec un nombreux public. Est-ce que ton comité d’organisation a déjà élaboré les premiers principes du transport indispensable pour fluidifier la montée de tout ce public depuis la Vallée jusqu’au Praz et Méribel ?

PP : Nous sommes en train de réfléchir à la mise en place d’un plan transport en capitalisant sur l’expérience acquise pour Val d’Isère 2009.  Précisons que le projet de programme des compétitions ne prévoit à aucun moment des courses en simultanée sur Courchevel et Méribel.

Pour le public qui viendra de la vallée, on devrait trouver des parkings relais et ensuite des navettes par bus pour relier Courchevel et Méribel. On imagine que ces parkings relais pourraient se situer à Albertville, La Léchère, Moutiers, Bourg Saint Maurice, Bozel… Il y aurait pour les bus des zones de dépose des visiteurs au cœur des deux stations. Les zones de stationnement des bus seraient situées en périphérie de Courchevel et Méribel. Notre idée est de limiter au maximum la venue de véhicules individuels sur nos lieux de compétition.

Un nombreux public séjournera dans les 3 Vallées (Val Thorens, Les Menuires, Méribel et Courchevel) pendant nos mondiaux 2023. Ce sera donc une très belle opportunité pour nous de valoriser le ski. Ces visiteurs pourront rejoindre directement à ski les sites de compétitions de Courchevel et Méribel. Nous allons capitaliser sur cet atout clé du domaine skiable des Trois Vallées.

Enfin, Brides Les Bains sera un important site d’accueil pendant nos mondiaux. Les nombreux accrédités y seront hébergés et pourront ainsi utiliser la télécabine qui les conduira directement aux épreuves qui se dérouleront à Méribel.

TopSkiNews : Comment vas-tu boucler le budget de Courchevel Méribel 2023 sachant qu’il reste à trouver 6 millions d’euros ?

PP : Le budget global des mondiaux Courchevel-Méribel 2023 est de 43 millions d’euros. La Fédération internationale de ski, dépositaire des droits télévisés, en apporte 30, l’État 3, la région 2 et le département 2.

Pour boucler ce budget de 43 millions, nous allons effectivement trouver 6 millions d’euros de recette qui viendront de diverses sources.

Nous avons négocié et formalisé à Cortina avec InFront la possibilité de commercialiser des droits marketing spécifiques (partenariats avec entreprises) liés à Courchevel Méribel 2023. Nos recettes proviendront également du merchandising, de la billetterie (vente des places en tribunes) et du mécénat.

On peut préciser également que nous allons mettre en place un programme d’hospitalité ambitieux pour faire vivre de façon privilégiée les championnats du monde Courchevel Méribel 2023.

TopSkiNews : Quel est le défi que tu dois relever maintenant avec ton comité d’organisation ?

PP : Nous sommes en train de basculer dans une autre phase de notre projet. Nous étions jusque-là dans sa conception. Nous passons désormais dans une phase opérationnelle de la préparation des mondiaux 2023.

Notre idée est de mettre en place l’organisation la plus adaptée possible qui devra traduire très concrètement notre promesse pour ces championnats du monde. On aura donc une organisation renouvelée qui sera co-construite avec les deux stations et avec la Fédération Française de Ski.  

La promesse de Courchevel Méribel 2023

« Nous voulons faire des Championnats du monde un évènement populaire et riche en émotions partagées autour d’une passion commune : le ski ».

Suivez toute l’actualité des mondiaux 2023 sur le tout nouveau site internet de Courchevel Méribel 2023