Header Ad

Categories

  • Aucune catégorie

Tiffany Gauthier : « J’ai fait une grosse saison en Super-G »

Tiffany Gauthier a bouclé récemment sa cinquième saison en Coupe du monde. Depuis Annecy, la skieuse de Tignes nous parle de sa saison difficile en descente et hyper encourageante en Super-G.

Crédit images FFSTV

Que retenez-vous de votre saison de vitesse, en descente ?

Je ne suis absolument pas contente de ma saison en descente. J’ai eu une très grosse perte de confiance et en descente, quand on ne l’a pas, cela ne marche pas très bien. Quand les résultats ne sont pas très bons, on n’arrive pas à engranger cette confiance. Et pourtant on avait fait un gros travail sur la préparation.

C’est donc très frustrant !

Sur tous mes DNF, on a bien sûr débriefé avec les coachs après chaque descente. Avec moins de confiance, on se fait plus peur, on a moins de façon de combattre la piste donc forcément, c’est plus délicat.

Donc, je ne suis pas satisfaite. Il y a des réglages à faire pour la saison prochaine. J’ai déjà hâte de reprendre en descente pour travailler et me reconstruire là-dessus.

Tiffany Gauthier a énormément travaillé pour préparer sa saison de Coupe du monde. On l’a voit ici à l’entraînement aux 2 Alpes à l’été 2020 – Photo Instagram Tiffany Gauthier

Et en Super-G ?

J’ai fait une grosse saison en Super-G [Tiffany est 19e mondial, la meilleure perf de sa carrière dans cette discipline]. C’est hyper encourageant.

J’ai été irrégulière. A Garmisch, je fais un Top 10 sur le premier Super-G et le lendemain je 25e. A St Anton, j’enfourche l’avant dernière porte alors que j’allais réussir un Top 5 !

Je suis contente en Super-G. Il y a eu de gros réglages de fait au niveau du matériel. C’est une discipline à l’instinct et je m’y sentais bien cette saison.

Ça fait du bien !

Est-ce que les contraintes liées à la crise sanitaire et l’absence du public ont pesé sur votre performance ?

On a eu une chance extraordinaire d’avoir pu faire toute cette saison. J’ai vécu ma vie classique de skieuse de haut niveau. La seule contrainte, c’était juste des tests PCR à faire très régulièrement.

Le seul changement pour moi, c’est que mes proches venaient régulièrement me voir sur les compétitions. Et cette saison je ne les ai pas vu ! Quand ils sont là sur les compétitions où c’est un peu difficile pour moi, cela « reboost ». De les voir, cela fait du bien. Et même quand on va bien, cela permet de changer un peu d’air avec eux.

Ne pas voir mes proches qui habituellement venaient me soutenir a été difficile.

Quel a été le meilleur moment de votre saison ?

Il y en a eu beaucoup. Je dirais qu’un des meilleurs, c’est mon résultat en Super-G à Val d’Isère. Le staff m’avait dit que dans toute la partie technique j’allais pouvoir montrer ce dont j’étais capable. J’ai réussi de gros inters, je fais encore une faute en bas en Super-G. Mais le soutien de l’équipe a été vraiment important pour moi à Val d’Isère.

Hors course, juste avant St Anton, j’ai eu une chance extraordinaire d’avoir le staff rien que pour moi sur une journée d’entraînement à Tignes. C’était tôt le matin, avec mon ancien entraineur Cyril Nocenti et les coachs. J’étais comme une princesse. C’était une chance cette matinée. Je me suis rendu compte que je pouvais faire des choses pendant cette période de COVID. La confiance, le fait de me sentir bien, je suis arrivé à St Anton en forme et voilà…

Et quel a été le moment le plus difficile ?

Les mondiaux à Cortina ont été difficiles. J’ai fait des sacrifices énormes pour me préparer. Je n’avais jamais autant travaillé physiquement, jamais autant skié. Je ne pouvais pas être mieux prête pour des Championnats du monde.

Mais je ne suis pas arrivé à performer parce que la neige était catastrophique pour moi. C’était tellement accrochant. C’est sûr que je n’ai pas été bonne non plus. Cela a été dur.

Il y a eu énormément de frustration. J’étais prête, on avait tout fait pour que je sois au Top de ma forme mais je n’ai pas réussi à mettre en place mon ski !

Tiffany Gauthier en interview durant les mondiaux de Cortina – Crédit images FFSTV

Qu’est-ce que vous avez appris tout au long de cette saison qui vous sera utile dans l’avenir ?

J’ai de l’expérience mais je n’en ai pas encore assez par rapport à certaines skieuses. Ce que j’ai le plus appris cette saison, c’est d’avoir fait un hiver complet de A à Z sans blessures. Je sais désormais à quoi m’attendre sur une saison complète, psychologiquement et physiquement.

J’ai énormément appris. Cela va me permettre dans l’avenir de gérer différemment certaines choses.

Quelle est la skieuse qui vous a le plus impressionné cette saison ?

Les performances de deux skieuses m’ont marqué :  Sofia Goggia et Lara Gut-Behrami. Même avec sa blessure, Sofia est arrivée à gagner le globe en descente. C’est juste incroyable.

De son côté Lara, après avoir déjà remporté deux globes en Super-G dans le passé, s’être blessée et avoir complétement raté ses mondiaux à St Moritz, a continué à poursuivre son chemin et à travailler pour revenir au plus haut niveau. En plus, elle a été très critiquée par les médias. Et cette saison, elle a « explosé » en Super-G et en descente elle a été hyper présente.  Cela m’a marqué.

Comme allez-vous occuper vos journées dans les prochaines semaines ?

Très simplement. Après la fin des championnats de France, j’ai pris 4/5 jours pour pouvoir me reposer à la maison, profiter du soleil, dormir et ne pas me lever à 5h du matin. Tout cela m’a déjà fait du bien.

Je vais ensuite aller à Tignes pour m’entraîner avec mon club. Je vais reprendre les bases techniques en faisant beaucoup de géant et de slalom.

Je n’ai qu’une envie : continuer à travailler tout ce que j’ai mis en place et perdre au minimum.

Je suis consciente qu’il va falloir que je refasse des sacrifices mais en fait, j’ai hâte de les faire pour être la saison prochaine.

Saison 2020/2021 – Classement Coupe du monde de Tiffany Gauthier

34e mondial en descente

19e mondial en Super-G

Championnats du monde de Cortina

23e en descente

21e en Super-G